credit conso

L'Etat a beau fermer les yeux, le crédit à la consommation souffre.

Alors que le surendettement culmine, le crédit conso dégringole. Il a chuté de 13,3 % en 2009. Du jamais vu en 45 ans. L'épargne des ménages est au plus haut depuis 2002 (17 % de leurs revenus). Et le montant de l'emprunt moyen a baissé de 10 %. Un recul qui intervient sur fond d'explosion du surendettement.

 Le nombre de nouveaux dossiers devrait atteindre 200 000 en 2009, au lieu des 180 000 habituels, relève la Cour des comptes dans son rapport publié mardi. Citant l'exemple d'un salarié qui a accumulé 121 468 € de dettes pour 607 € de revenus mensuels, les magistrats accusent l'Etat d'ignorer ces pratiques depuis 20 ans pour soutenir la consommation.

Des taux « exorbitants »

Les ménages, eux, se sont lassés de ces « taux exorbitants ». Ils frôlent souvent les 20 % pour les crédits à la consommation, présents dans 96 % des dossiers de surendettement. Et 70 % des crédits non remboursés sont renouvel ables (revolving). Le secteur de l'automobile, qui a mieux tenu que les autres, illustre la revanche des fourmis sur les cigales : « La prime à la casse a soutenu l'achat de voitures, mais surtout les plus petites et les moins chères », témoigne la société Sofinco.

 

Source : 20minutes